24/12/2012

I- Vers la Chine d’Europe.

C'est toujours la même histoire! Il n'y a que moi pour me laisser entraîner dans des embrouilles à la mords-moi le nœud! C'est pourtant simple de dire non... C'est que ce petit mot est plus difficile à prononcer pour la putain qui est en moi que pour la sainte nitouche qui dit... ouiiii.
Soit, quand on est dans le bain, on nage. Cet avion de la Sobelair -une défunte compagnie aérienne gérée par des enfoirés - décolle de l’aéroport de Liège - fini tout ça, on avait trop bon!!!-  pour m'emmener sur une île volcanique, Chine de l'Europe, berceau de mes ancêtres : la Sicile.
Taratata!!! C'est un pays merveilleux, peuplé de gens si affables qu'il y est bien facile d'y jouer au loup. Oui, la mafia! Quelle rigolade lorsqu'on pense que mafia était un mouvement de résistance contre l'envahisseur Français (Morte Alla Francia Italia Anela)... mais ça remonte à un regrettable incident survenu à Palerme un 30 mars 1282.
Mais bon, laissons les morts enterrer les morts. De toute manière, plus d'envahisseurs Français. C’est vrai, les touristes de l'hexagone s'y sentent quelque fois en territoire conquis, mais encore un certain nombre de criminels se targuent de l'appellation D.O.C mafiosi, autrement dit militants anti-français.
Pff, faudrait vraiment appeler les choses par leur nom... pas mafiosi, mais bien, voleurs, assassins, trafiquants, proxénètes, raquetteurs... vous permettez? Des fils de putes! Pardonnez-moi un instant que je me reprenne. Ok, revenons à nos moutonssss, façon dictée Topazienne. J'étais assis dans ce putain de zinc. A ma gauche, un petit filou à lunette, 45 ans, avec une gueule de gentil, une longue tête lisse qui commence quelque part tout près du menton et fait un tour complet au plus grand mépris du front pour se terminer quelque part du côté de nuque… Pas sûr. Impossible à savoir, le mec ne te tourne jamais le dos... (voir une des photos à votre droite, vous le reconnaîtrez facilement).
À ma droite, comment vous dire? Un oncle, un ami, voyou sans l'ombre d'un doute, Sicilien lui aussi, 52 ans, moustache, yeux bleus, regard de cheval nerveux, la gueule d'un acteur des années 50, coureur, séducteur, bagarreur : délicieux! (voir moustachu à votre droite).
Personne à ma connaissance n'a autant de talent pour te sortir d'un mauvais pas, personne non plus pour t'y fourrer. Il fait beaucoup de bien autour de lui, parfois assez mal, mais quant au mal qu'il fait, pas de doute, il le fait bien! L'avantage avec ce gusse c'est que si tu es règlo il donne sa vie pour toi. Si tu l'es pas, vaut mieux te casser. Tu ne le reverras qu'en enfer, il y sera aux premières loges.
Et moi, je vous disais donc, j'étais au milieu des deux, en route pour une mission sicilienne.
Bon parmi les mauvais, mauvais parmi les bons, bon à rien et capable à tout, je n'avais pas oublié d'embrasser ma mère avant de partir.
Dieu ait pitié de moi ! Maman ton fils est un enfoiré et toi tu le prends pour quelqu'un de bien. Comme toi, mama.

14:22 Écrit par Tony | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : la vie est un film |  Facebook |

XVII - 20 ans de mariage ce 24 décembre 2012.

 

la vie est un film

20 ans de mariage ce 24 décembre!

Pour nous, ça fait 7305 jours. C’est comme ça qu’on compte. Mais cette date est une formalité.

« NOTRE » vraie date, c’est le 15 septembre, 100 jours plus tôt, lorsqu’on s’est rencontrés en Sicile, à l’ombre du poirier presque centenaire qu’on a arraché quand il est mort.

Oui, on s’est mariés 100 jours après notre rencontre ! On était 100 à table pour le banquet… et heureusement, ça ne s’est pas terminé dans le 100 (sang).

En 7405 jours, on a connu des hauts et des bas, comme tout le monde.

La perte de mes 2 grands-mères, la disparition tragique de la maman de Rita…

Mais il y a eu des joies immenses. La naissance de Luigi en 1995, celle de Tanina en 1999.

Je suis fier de mes enfants… quelle chance ils ont de ressembler à leur « mamma » !

Rita ne change pas beaucoup ! Elle a toujours des goûts de chiottes… la preuve, elle reste avec moi. Mais son accent a varié un peu ! Elle ne roule plus les « r » comme Dalida mais comme une vieille Fiat. Bah ! « Musica é », dit la chanson ! 

J’ai tellement de choses à raconter ! Mais la veille de Noël, il faut penser que c’est un jour d’espoir. Au fond, l’espoir n’est qu’une illusion objective et comme les journées vont s’allonger progressivement, je dirai simplement que je souhaite que le plus beau reste à venir.

Beaucoup de personnes comptent pour moi. Pas seulement la sicilienne qui menace de passer aux lits séparés, comme le couple De Funes et Claude Gensac dans « Hibernatus »… mais aussi ceux qui liront ces mots. Peut-être qu’ils l’ignorent. Peut-être pas.

De toute façon, la vie est un film…

Voilà, c’était la pub, la seconde partie reprend ! Silence, dans la salle…

14:05 Écrit par Tony | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : la vie est un film |  Facebook |